Sera-t-elle là ?

Cette question tourne en boucle dans ta tête tandis que tu marches, seul dans la rue. Elle te l’a promis. Mais elle te l’a promis tellement de fois. Et elle n’a jamais été là. Tu veux la voir, la revoir, l’approcher, lui parler, la toucher. L’embrasser. Elle t’attire comme un papillon vers une lampe. Tu ne peux t’empêcher d’essayer d’imaginer votre rencontre, en vain. Rien ne te vient dans l’esprit.

La pluie tombe sur ta capuche. Plic. Ploc

 Ce bruit bat la mesure, comme ton sang à tes tempes, comme ton souffle court qui entre et sort bruyamment de ta poitrine. Et puis, tu en as marre. Tu rejettes ta capuche en arrière et lèves la tête vers le ciel, pas vraiment pour le défier, juste pour le contempler. Avant elle. Un fugitif instant, tu la voies devant tes yeux, mais elle n’est pas là.

Les trottoirs glissent. Il n’y a personne autour de toi. Personne n’est assez fou pour sortir par ce temps. Sauf toi. Tu veux la voir.

Sera-t-elle là ?

Tu coures presque maintenant, impatient. Effrayé peut-être aussi. L’angoisse commence à monter. Toute la ville est déserte. Tu veux traverser la rue, tu es perdu. Une voiture solitaire manque de te renverser. Elle n’est pas là non plus. Tu ne sais plus où tu dois aller. Tu la cherches.

Une pensée effarante te traverse. Et si elle était dans la voiture qui vient de passer au carrefour ? Et si tu l’avais loupée ? Tu dérapes, manquant de tomber, et repars à toute allure sous la pluie battante. Ce n’est même plus de la pluie, c’est des trombes d’eau qui tombent du ciel pour noyer la ville. Et toi tu coures.

Sur le parapet du pont, tu t’arrêtes un instant. Tu te penches pour voir si elle est sur les quais. Tu glisses, mais tu te rattrapes. Elle n’est pas là non plus. T’aurait-elle menti, une fois de plus ?

Sera-t-elle là ?

Tu te sens seul au monde. Il n’y a pas un passant, pas une voiture, pas un pigeon. Il n’y a que toi. Et peut-être elle. Si elle là. Si, elle sera là. Tu en es sûr. Comment pourrait-il en être autrement ? Qu’est ce qui t’a pris de douter ? Bien sûr qu’elle sera là, ben voyons, c’est si évident. Mais si dur de la trouver.

Et tu continues. Sera-t-elle là ?

Depuis des heures, sans que tu t’en rendes compte, tu tournes en rond dans la ville. Et tu es bredouille. Tu cherches toujours, et encore…

Sera-t-elle là ?

Tu as envie de mélanger tes larmes à la pluie qui s’infiltre sous tes vêtements. Tu trembles. Peut-être de froid. Peut-être de peur. Peut-être de tristesse. Tu ne sais pas.

Sera-t-elle là ?

Tu l’as trouvée. Enfin, il te semble. Elle est là, vers la falaise, au bout de la cité. Tu en es presque sûr. Tu avances, jusqu’au bord. Tu te penches. Il te semble l’apercevoir, là, en bas…

Elle est là…
Tu te penches encore plus, jouant à l’équilibre, avec le vent, la pluie, la gravité…
Elle est là…
Et tu tombes.
Tu l’as trouvée.
Tu la rejoins.
Elle va te rattraper, dans ses doux bras.
Elle est là…
Tu ne la quitteras plus jamais.
Elle est là.
La Mort.

 

Un récit de Sol’stice